Injections d’acide hyaluronique

Atténuer les rides et ridules, restaurer les volumes perdus, compenser les relâchements du visage sans chirurgie: c’est ce que vous pouvez obtenir avec les injections d’acide hyaluronique.

On appelle “comblement” ou “injections” l’introduction sous la peau d’un gel résorbable: Acide Hyaluronique, Hydroxyapatite. Son action est strictement mécanique (augmentation de volume localisée) et sans aucun effet médicamenteux.

La technique utilisée est fondamentale pour la sécurité et le résultat du traitement : l’idéal est la technique Soft Filling, réalisée à l’aide d’une micro-canule (petit tube à bout arrondi ou bout “mousse”) non traumatisante, contrairement à l’aiguille.

Après l’injection, il y a une légère surélévation de la peau au niveau de la zone traitée qui est parfaitement contrôlée puisque fonction de la quantité injectée: si l’on injecte beaucoup, la surélévation est importante, si l’on injecte peu, la surélévation est minime. En plus de l’effet volume, l’introduction du produit sous la peau permet de créer un effet liftant dans une direction calculée, avec retension de la peau à distance. Par exemple, la répartition d’une faible quantité de produit à l’arrière de la pommette (région sous la tempe) permet de redessiner l’ovale, tout en bas du visage:

Injection acide hyaluronique 1

Au total, l’objectif de ces injections est uniquement de restaurer la physionomie naturelle du visage qui était la vôtre quelques années auparavant, mais sans excès, et ce grâce à quelques actions précises en des points stratégiques:

reconstituer les volumes graisseux là où ils ont fondu, du fait de l’âge ou à cause d’un amaigrissement (joues, vallée des larmes, fosses temporales, lèvres…),

– décreuser certaines rides (front, sillon naso-génien, pli d’amertume, cou…),

– repulper des zones présentant un affinement excessif de la peau avec aspect fripé et ridules (patte d’oie, centre des joues, mains…).

Ces produits étant résorbables, ils disparaissent au fil du temps, généralement au bout de 12 à 18 mois. La nécessité de recommencer le traitement régulièrement peut paraître contraignante, mais cela représente une sécurité en cas d’insatisfaction du traitement ou de changement de physionomie (amaigrissement important par exemple).

Par contre, la peau ayant été stimulée lors du traitement, il existe un repulpage naturel lié à la sécrétion de collagène, ce qui permet d’éviter de revenir complètement à l’état initial, même au bout d’un an. La quantité à injecter au cours des traitements suivants est donc généralement moindre que la première fois.

* Pour voir la présentation animée des soins proposés au centre Pyrène Laser & Esthétique, cliquez ici *

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn