Restauration de la zone génitale

Le domaine de la restauration génitale est en pleine révolution, mais de quoi s’agit-il ?

Bien entendu, la chirurgie des zones intimes existe depuis de nombreuses années, autant pour les femmes que pour les hommes, mais l’application de techniques médico-esthétiques (non chirurgicales), utilisées largement en dermatologie, a permis d’élargir notre champ d’action en gynécologie, voire urologie : lasers, injections, peelings ne sont pas utilisés uniquement dans un but esthétique, mais apportent aussi des bénéfices étonnants dans un nombre croissant de problèmes de la sphère génitale…

Les lasers ont des applications de plus en plus larges. Connus depuis longtemps pour détruire des lésions de la peau ou des muqueuses (simple destruction de verrues, de condylomes…), les progrès techniques des nouvelles machines ont permis de développer des protocoles pour désinflammer, dépigmenter ou même stimuler certaines structures comme les vaisseaux sanguins (amélioration de l’irrigation sanguine), les fibroblastes (cellules qui produisent le collagène, l’élastine, l’acide hyaluronique) et améliorer ainsi les fonctions et l’aspect des tissus.

Inimaginable il y a quelques années, on peut ainsi proposer aujourd’hui d’améliorer, grâce au laser, l’hydratation vaginale après la ménopause, ou chez les femmes ayant eu un cancer du sein et qui ne peuvent pas prendre d’hormones. On peut également par cette méthode compenser un relâchement vaginal qui survient parfois après les accouchements (sans que cela ne dispense toutefois d’une bonne rééducation périnéale !), ainsi que certains types de fuites urinaires en cours de validation clinique dans plusieurs pays.

On peut éclaircir la couleur de zones pigmentées (pli de la cuisse, grandes lèvres, pourtour de l’anus), éliminer des cicatrices douloureuses (d’épisiotomie par exemple), améliorer la texture de la peau et le volume des grandes lèvres lorsqu’elles s’affaissent avec le temps, et par voie de conséquence réduire certaines sécheresses ou irritations de la zone vulvaire ; il existe aussi un traitement du fameux “point G” qui en améliore la sensibilité… Ces traitements peuvent être réalisés à l’aide de lasers, d’injections d’acide hyaluronique, voire de certains peelings, selon le cas.

Sur toutes ces applications, de très nombreuses publications ont été faites au cours des dernières années dans le monde entier, qui témoignent de l’intérêt croissant du public et des médecins pour un bien-être génital (aussi !).

 

Contactez-nous pour prendre rendez-vous : conseil gratuit et sans engagement au 0142688751 ou par le formulaire ci-dessous

 

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn